ESSAIENMER   

La Semana Santa 2003 fut riche en événements ... nautiques ! D'abord l'essai de MOXIE (cf. N°IOO) puis celui de VSD à l'arrive d'une Route du Sel marquée par la pétole. Les conditions de navigation à bord du trimaran survivant du Bleu étant d'une rusticité assez sauvage (pas de moteur, pas d'électricité, voilure fatiguée) nous ne parcourrons qu'une quarantaine de milles par petit temps, mais sur un tel multicoque même dépouillé c'est un véritable enchantement. Avant Ie départ de la Ruta del Sal j'ai eu l'occasion de visiter l'ensemble de la structure du VSD, l'homogénéité du matériau m'a frappé! Après les durs combats menés sur Ie grand océan et l'abandon dont il a été l'objet, Ie trimaran Kelsall est en bon état. Certes Ie flotteur tribord a fait l'objet de renforts improvisés et quelques délaminages de la peau externe sont perceptibles, mais Ie bilan est extraordinairement positif et constitue une preuve de bon vieillissement à verser au crédit du matériau. Ce qui étonne sur VSD c'est Ie contraste entre la rusticité générale et Ie niveau des sensations, Ie châssis est vraiment léger (il n'y a rien à bord !) et malgré la conception "agricole" du circuit de barre, la moindre risée révèle Ie comportement authentique et Ie "caractère" du bateau: super équilibre, à peine ardent, la glisse du VSD est excitante, plus masculin qu'un plan Newick sa silhouette de lutteur dissimule une vivacité étonnante dans Ie petit temps, il démarre comme un perdreau et dépasse rapidement la vitesse du vent réel, ce qui transforme une partie de notre après-midi passée sous spi maxi ultra-léger (250 m2) en un exercice de voltige aérienne assez délicat ! La mobilité de la plate-forme, sa réactivité laisse entrevoir un comportement race dans la brise. Le slalom entre les îles à l'entrée de la baie de San Antonio, comme les derniers milles nocturnes accomplis avec l'aide d'un hors-bord 6 Cv (que la voûte arrière consent par moment à tremper dans l'eau ) m'aideront à convaincre Stuart de l'impérieuse nécessite d'une mécanique d'appoint. Lors d'un arrêt au stand sétois (chez A.Borsoti) c'est Ie moteur... de MOXIE qui embarque et sécurise maintenant de ses 27 Cv les manœuvres de VSD. Arraché à la force du poignet à son  destin, reconstruit, motorisé, Ie plan Kelsall légendaire attend son mat (Denis Kergomard doit redessiner Ie plan de gréement) et devrait naviguer cet été. Bravo Stuart! Des que Ie bateau sera opérationnel je vous raconterai la suite, lors d'un convoyage Languedoc-Ibiza dans la brise par exemple.